18 octobre 2018

Rêver n'est pas un vilain défaut

Présentation de l’éditeur

À bientôt trente ans, Elisabeth a des rêves plein la tête. Elle aimerait être écrivain, voudrait être un peu moins enrobée et ne plus être l’éternelle célibataire que l’on regarde avec pitié. Mais voilà, elle fait partie des femmes qui passent inaperçues. Trop c’est trop ! Invitée à la soirée de gala des anciens étudiants (qu’elle n’a pas revu depuis dix ans), elle décide qu’elle n’ira pas toute seule pour ne pas subir les moqueries de ses anciennes camarades. Il lui faut un petit ami, et vite. La seule solution ? Engager un acteur ! Mauvaise idée… L’homme est bien trop séduisant, charismatique et arrogant pour que leur couple soit crédible. Pour une fois, le destin n’aurait-il pas pu lui donner un petit coup de pouce ? Mais Elisabeth doit faire avec. D’ailleurs, qu’est-ce qui pourrait bien déraper ?

Alors, ce livre de Carole Cerruti était classé dans la catégorie « Littérature » ainsi que dans « Comédie »  et les commentaires sur internet était tous positifs alors je ne me suis pas trop méfiée. Sauf que c’est de la pure romance, de la lecture sentimentale, voire à l’eau de rose. On se doute de la fin dès les premières pages et il m’a manqué l’humour que j’attendais. Il y a des situations à la limite du burlesque mais donc pas vraiment drôles.

J’ai trouvé aussi que l’auteur s’inspirait un peu trop de trouvailles d’autres auteurs comme « la voix » qui m’a fait penser à « la déesse » de « 50 nuances de gris » et des situations ressemblant étrangement à celles de « Bridget Jones ».

Je classe ce livre en 300ème position et lui donne une étoile.

 

 

Posté par dupdup1000 à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 octobre 2018

Les pleureuses

Présentation de l’éditeur :

« Christopher avait tous les droits de disparaître sans que je le pourchasse. Mais partir si longtemps sans laisser de mot ?  N’y avait-il pas quelque chose d’étrange ? ». La narratrice est séparée de son mari, Christopher, depuis six mois mais personne ne le sait. Quand sa belle-mère l’appelle pour lui dire qu’il a disparu, elle accepte de partir à sa recherche dans le Péloponnèse. Elle s’installe dans l’hôtel où il a été vu pour la dernière fois, et les jours passent sans que Christopher réapparaisse... Dans cette campagne grecque ravagée par les incendies, la jeune femme retrace l’histoire de leur relation et interroge sa propre responsabilité dans l’échec de leur mariage.

Si vous souhaitez un livre plein de questions sans réponse et finalement sans fin, il faut choisir « Les pleureuses » de Katia Katimura.

Le titre fait référence aux pleureuses, ses femmes payées aux enterrements pour pleurer les défunts et exprimer la tristesse que la famille n’expose pas forcément. Faut-il y voir un lien ensuite entre ce que ressent l’héroïne à la mort de son mari (malgré leur séparation qu’elle tait à sa belle-famille), cela fait partie des questions qui subsistent.

Parce que des suppositions, des hypothèses et présomptions, c’est ce que l’héroïne nous livre du début à la fin. Elle dissèque tout, les personnes qu’elles rencontrent, les situations qu’elle imagine avoir eu lieu, son mariage (ou ce qu’il en reste), les paysages de l’arrière-pays grec dévasté par les incendies, les raisons possibles de la mort de son mari, … Elle se dédouble presque entre la veuve qu’elle paraît (pour sa belle-famille) et son moi réel (épouse cocufiée et en instance de divorce).

Si ma curiosité a été éveillée, si j’ai apprécié le choix des mots, j’ai malgré tout fini par m’ennuyer de toutes ses interrogations sans réponse, de cette introspection sans fin.

Je classe ce livre en 411ème position et ne lui donne pas d’étoile.

Posté par dupdup1000 à 02:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 octobre 2018

Good morning, Mr Président

Présentation de l’éditeur

En 2012, Rebecca Dorey-Stein répond à une petite annonce pour un job à Washington. Quand elle apprend que c'est pour travailler à la Maison Blanche, dans l'équipe de transcripteurs d'Obama, c'est l'euphorie ! Pendant cinq ans, de 2012 à 2017, elle accompagne le Président partout où il va, enregistreur et micro à la main. Elle se lie d'amitié avec les équipes de campagne, des jeunes hommes et jeunes femmes qui, comme elle, font le choix de laisser leur vie derrière eux pour monter à bord de l'Air Force One au service du Président le plus séduisant depuis Kennedy. Entre deux points presse à la Maison Blanche et un voyage au bout du monde, Beck apprend les ficelles du protocole, se frotte à la concurrence entre les services, fête son anniversaire avec le président, et tombe amoureuse de celui qu'il ne fallait pas approcher.... Un univers fascinant, des intrigues à tous les étages, beaucoup de joie et quelques désillusions : ce récit trépidant et drôle se lit comme un roman.

C’est un livre qui se lit très facilement. J’ai bien aimé tout ce qui concerne la Maison-Blanche en général, l’organisation, l’administration, les voyages et Obama en particulier. J’ai apprécié la description des personnes et des fonctions et les histoires d’amitiés. J’ai moins aimé les tergiversations amoureuses de l’auteure, ses aller-retours redondants.  

Je classe ce livre en 153ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 septembre 2018

100 jours pour être heureux

Présentation de l’éditeur :

Vous reprendrez bien une dose d'optimisme ?

Lorsque deux jeunes femmes que tout oppose se rencontrent, le destin pourrait bien basculer. Annie mène une existence vide de sens et de joie depuis qu'un drame a brisé sa vie deux ans plus tôt. Polly est condamnée, il lui reste trois mois à vivre. Mais Polly, aussi rayonnante et excentrique qu'Annie est terne et renfermée, a décidé de relever le défi des " cent jours pour être heureux ". Elle entraîne sa nouvelle amie dans cette aventure : trouver chaque jour une source de joie, un petit bonheur. Réenchanter le quotidien pour retrouver le goût de vivre et la force d'accepter l'inéluctable. Autour d'elles, une galerie de personnages hauts en couleur devront suivre la fantasque Polly et ses idées farfelues... jusqu'à son ultime pied de nez à la mort et au désespoir.

À l'encontre des clichés, 100 jours pour être heureux livre un véritable hymne à la vie sans jamais tomber dans la mièvrerie de la pensée positive. Avec beaucoup d'intelligence et d'impertinence, l'auteur nous entraîne dans la course folle de Polly à la poursuite du bonheur. Passant du fou rire aux larmes, le lecteur traverse à vive allure la palette des émotions de ces deux héroïnes : on se révolte, on se résigne, on hésite, on plonge... Mais on vit, coûte que coûte !

J’ai beaucoup aimé ce livre d’Eva WOODS. Un livre qui nous rappelle de profiter des petites choses, des petits bonheurs au quotidien que la vie nous offre même quand on traverse des périodes plus difficiles. 560 pages qui se lisent vraiment facilement (en 4 jours !) et avec beaucoup de plaisir. Je recommande !

Et surtout, à tenter (le défi de Polly) !

Je classe ce livre en 95ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2018

Faux départ

Présentation de l’éditeur

Ma foi, qu’est-ce donc que la vie, la vie qu’on vit ? D’expérience, elle a la douceur d’un airbag en béton et la suavité d’un démaquillant à la soude, la vie ne serait-elle qu’une épaisse couche d’amertume sur le rassis d’une tartine de déception ? Pas moins, pas plus ? C’est en tout cas la démonstration que nous livre Marion Messina, l’Emmanuel Bove de ces temps, dans Faux départ, son premier roman. À ma gauche, Aurélie, à ma droite Alejandro ! Entre la Grenobloise de toute petite extraction qui crève la bulle d’ennui dans une fac facultative, souffre-douleur d’un corps en plein malaise, et le Colombien expatrié, ça s’aime un temps mais ça casse vite. D’aller de Paris en banlieue et de banlieue à Paris, d’œuvrer comme hôtesse d’accueil, de manger triste, coucher cheap et vivre en rase-motte, rencontrer Franck puis Benjamin ne change que peu de choses à l’affaire. Renouer avec Alejandro ne modifie guère la donne : l’amour fou, la vie inimitable, le frisson nouveau sont toujours à portée de corps, mais jamais atteints. Toujours en phase d’approche, jamais d’alunissage. Marion Messina décrit cette frustration au quotidien avec une rigueur d’entomologiste. Que voulez-vous, la vie fait un drôle de bruit au démarrage. Jamais on ne passe la seconde. Faux départ, telle est la règle.

Vous lisez la présentation de l’éditeur et vous avez un résumé parfait du ton du livre. C’est sombre, c’est noir, c’est triste, c’est pessimiste, c’est long, … Je me suis ennuyée, pas une seule lueur d’espoir dans ce livre de Marion Messina. C’est pourtant un livre qui était recommandé dans le Biba de septembre (pas que ce soit une référence mais c’est ce qui a suscité mon achat). Je n’ai eu qu’une envie : arriver à la fin du livre pour passer à autre chose !

Je classe ce livre en 388ème position et ne lui donne pas d’étoile (et j'aurais peut-être même dû mettre un moins).

Posté par dupdup1000 à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 septembre 2018

Mon corps au pays des merveilles

Présentation de l’éditeur

Qui pourrait imaginer que l'ADN contenu dans la totalité de nos cellules, mis bout à bout, couvrirait trois cents fois le trajet de la terre à la lune, aller-retour ? Que l'ensemble de nos vaisseaux sanguins ferait deux fois et demie le tour de la terre ? Comment notre corps peut-il abriter de tels prodiges ? Le Docteur Clara Naudi a relevé le défi de rendre l'anatomie et la physiologie enthousiasmantes. Elle transmet ses connaissances avec tant de clarté, et souvent d'humour, que son livre se lit comme un roman, le roman du corps... Au fil des pages, vous découvrirez l'anatomie humaine, pleine d'intelligence, magnifiquement servie par des dessins vibrant de vie et de beauté. Nous vivons avec notre corps et, pour bon nombre d'entre nous, nous ignorons souvent comment il fonctionne ! Si vous êtes profane en anatomie et physiologie, Clara Naudi a pensé à vous... Son livre, écrit avec simplicité, vous aidera, non seulement à mieux connaître votre corps, mais aussi à mieux l'aimer, à mieux le respecter, et donc à en prendre soin... Les 480 pages de cet ouvrage sont rythmées par des conseils de santé qui s'appliquent à chaque système du corps humain. Les professionnels du domaine médical ou paramédical, les chercheurs, les enseignants et les étudiants apprécieront une anatomie vivante qui intègre d'autres sciences, des disciplines récentes telles l'écologie microbienne, la posturologie, l'anatomie fractale, ainsi que des éléments de médecine traditionnelle chinoise, ayurvédique, Hakim... Ce livre très documenté, dans lequel les auteurs mettent en lumière les mathématiques cachées du corps humain et la beauté du nombre d'or à l'œuvre, permet un autre regard, regard souvent perdu de par la spécialisation des études, des recherches ou de la profession. Les artistes, les créateurs d'arts appliqués peuvent y trouver un creuset d'inspiration... L'on sait, par exemple, à quel point l'architecture créée par l'homme est issue des structures du corps humain. Abordable par toute personne désireuse de découvrir les secrets de son corps et de mieux vivre avec lui, il est aussi, par sa précision scientifique et sa richesse d'informations, un manuel de référence pour tout professionnel.

C’est un livre très intéressant. Il ne faut pas s’arrêter au premier chapitre sur les cellules que j’ai trouvé plus complexes que les autres. J’ai adoré tout ce qui concerne la posture ainsi que le foie et les reins. On a effectivement envie de faire plus attention à son corps quand on lit ce livre de Claudia Naudi !

Il reste tout de même des passages complexes malgré ses tentatives de vulgarisation. Il y a aussi, je trouve, des paragraphes un peu naïfs sur la nature humaine et de nombreuses références à la médecine manuelle derviche, aux techniques énergétiques par les méridiens ou aux principes de la philosophie chinoise, donc à chacun de se faire son idée sur cela.

Je classe ce livre en 218ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2018

Que sais-je : Les Sciences de l'Education

Petit préambule

J’avais acheté deux livres à Antoine sur le droit quand il s'orientait vers la Licence de droit au mois de mai (« Introduction générale au droit » de Rémy Cabrillac et « Je veux réussir mon droit » d’Isabelle Defrénois-Souleau). Vu qu’il a décidé de s’orienter vers la licence Sciences de l’éducation au mois de juillet (!), j’ai acheté deux autres livres (je tente de m'adapter !) : « Que sais-je : les Sciences de l’Education » de Gaston Mialaret et « l’essentiel de la pédagogie » sous la direction d’Alain Bentolila.

Je viens de lire le « Que sais-je ».

Présentation de l’éditeur

Ces sciences de l'éducation regroupent plusieurs disciplines avec un objectif précis : former des éducateurs. En quoi ont-elles modifié cette formation et quels en sont les enjeux dans notre société, tel est le sujet de ce livre.

Ce livre est très intéressant et très dense. Je pense que pour assimiler toutes les informations et les notions, il faut le lire plusieurs fois. Je me suis parfois sentie un peu perdue (malgré le fait que je travaille dans le milieu de la formation et de la pédagogie).

Par exemple, page 76 :

« Les méthodes se définissent quelquefois par rapport à leurs fondements psychologiques ou philosophiques. C’est ainsi que la méthode d’Ovide Decroly se réfère principalement aux théories de la Forme alors que la méthode de Maria Montessori ne se comprend que par rapport à la psychologie sensualise de Condillac. Les méthodes de Skinner ne sont que la conséquence de la théorie S -> R alors que la méthode de Makarenko n’est que le reflet de ses prises de position marksistes. On a pu dire aussi que les méthodes nouvelles se fondaient sur une épistémologie constructiviste alors que les méthodes traditionnelles ne se justifiaient que par une épistémologie de la transmission. »

Si vous n’avez pas lu Decroly, Montessori, Condillac ou Makarenko, comme c'est mon cas, c’est un peu difficile de comprendre ce paragraphe. Et ce n’est pas le seul du genre. Cela manque un peu de vulgarisation à mon sens.

Difficile de classer ce livre, mais je vais tout de même tenter.

Je classe ce livre en 217ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 août 2018

Entre ciel et Lou

Présentation de l´éditeur :

Jo vient de perdre l'amour de sa vie, son souffle, son rire et son appétit : Lou. Il est désormais seul sur l'île de Groix, leur île, celle qu'il a choisie et qu'elle a épousée en même temps que lui. Lors de ses funérailles, entouré de ses enfants, Cyrian et Sarah, avec qui il nourrit des rapports distendus, le notaire lit le testament. Jusqu'à cette annonce fracassante : Jo l'a trahie. Stupeur ! Ce dernier comprend que Lou, mère dévouée et épouse amoureuse, n'a pas dit son dernier mot et lui lance un ultime défi. Son " piroche " aura deux mois pour renouer avec Cyrian et Sarah, et surtout, les rendre heureux. Mais entre une belle-fille acariâtre et jalouse, un fils sur la défensive, une petite-fille en mal de père et une fille cabossée par l'amour, Jo a du pain sur la planche... Haut les cœurs ! Chaque famille a son lot de secrets, de colères tues et de sourires entendus. Lou, Jo et leurs enfants ne dérogent pas à la règle. Mais est-il jamais trop tard pour se retrouver et rattraper le temps perdu ? Avec Entre ciel et Lou on rit, on pleure, on s'engueule, et surtout, on s'aime ! Un roman aux effluves iodées à dévorer emmitouflés face à la mer.

J’ai beaucoup aimé ce livre de Lorraine Fouchet. On suit l’histoire du point de vue de chaque protagoniste. Les personnages sont attachants et on découvre petit à petit le pourquoi du comportement de chacun. C’est un livre sur les rapports humains, sur la famille, sur l’amitié, sur la maladie, sur le deuil et ayant pour décor l’ile De Groix.

Je le classe en 35eme position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2018

La mélancolie du kangourou

Présentation de l'éditeur :

Alors qu'il s'apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l'accouchement. Anéanti par la perte de celle qu'il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu'à ce qu'il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l'irrépressible joie de vivre, pour s'occuper du nourrisson.  Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ? Il n'est jamais trop tard pour (ré)apprendre à aimer.

L’auteure, Laure Manel, a su parler du deuil, de l’absence, de la difficulté de réapprendre à vivre sans l’autre avec délicatesse et sans tomber dans le côté pathos. Par contre, j’ai moins apprécié le côté à « l’eau de rose » qu’on décèle quasiment dès le départ du roman…

Cela reste un bon moment de lecture, l’écriture est facile parfois un peu trop, voire « enfantine ».

Je classe ce livre en 211ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juin 2018

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

Présentation de l’éditeur

« Je ne t’aime plus. » Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis. Avec une extrême sensibilité et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi parvient à faire revivre des instantanés de vie et d’amour et nous fait passer du rire aux larmes. Une histoire universelle.

J’ai bien aimé ce livre de Virginie Grimaldi. J’avais déjà lu du même auteur « Tu comprendras quand tu seras plus grande » doté de 2 étoiles et classé en 154ème position de mon classement. J’ai retrouvé ici le style que j’avais bien aimé dans ce premier roman. Pour en revenir au « Parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » l’idée de l’héroïne d’écrire ses souvenirs et de les envoyer à son mari qui la quitte pour tenter de ranimer la flamme est bien jolie. On y évoque le couple, la famille, l'amitié, les enfants, l'amour, la mort, ... Les personnages de toute la famille sont particulièrement bien décrits ainsi que la difficulté de communiquer entre parfois aussi.

Je classe ce livre en 170ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 21:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,