09 novembre 2019

Dans le murmure des feuilles qui dansent

Présentation de l’éditeur :

Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l'écriture. Thomas raconte des histoires merveilleuses d'arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d'hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre. Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais estce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ? Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d'elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.

J’ai beaucoup aimé ce livre comme j’aime souvent les histoires épistolaires. Je trouve que lorsque l’on écrit, on fait plus attention aux mots que l’on emploie et au sens qu’on leur donne. J’aime bien le titre également. Ce livre est une jolie réflexion aussi sur les choses importantes de la vie, sur la nature qui nous entoure et sur les relations que l’on entretient avec les autres. On s’attache à l’héroïne mais également aux autres personnages, et même à la greffière, c’est pour dire ! C’est un livre qui donne envie d’écrire !

C’est le cinquième livre que je lis de cette auteure : « Pars avec lui » classé en 12ème position avec 3 étoiles, « Marie d’en-haut » classé en 34ème position avec 3 étoiles, « On regrettera plus tard » classé en 189ème position avec 2 étoiles, « Juste avant le bonheur » classé en 320ème position avec une étoile. Ce qui est amusant c'est qu'il y avait un bandeau promotionnel sur le livre dans le magasin "de l'auteur de "juste avant le bonheur" " et que c'est celui que j'ai le moins aimé.

Je classe ce livre en 103ème position (sur 537 que compte mon classement à ce jour) et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 novembre 2019

L'aile des vierges

Présentation de l'éditeur :

" L'aile des vierges ", c'est ainsi que l'on surnomme les chambres réservées aux domestiques à Sheperd House, illustre manoir du Kent où est engagée Maggie Fuller au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Petite-fille de suffragette, fille d'une sage-femme féministe, Maggie aurait pu prétendre à mieux que cette place de femme de chambre. Mais, en ces temps difficiles, la jeune femme cultivée et émancipée n'a d'autre choix que d'intégrer la petite armée d'intendants semblant vivre au siècle précédent. Elle aspire pourtant à un autre destin. Et elle n'est pas la seule au sein de Sheperd House... Contre toute attente, ce pourrait être le début de son long chemin vers l'amour et la liberté.

J’ai bien aimé ce livre de Laurence Peyrin. C’est le 3ème livre que je lis de cette auteure : « La drôle de vie de Zelda Zonk » classé en 243ème position avec 1 étoile et la suite de celui-ci « Hanna » classé en 83ème position avec 3 étoiles.

Pour « l’aile des vierges », j’ai surtout aimé la première partie du livre. L’indépendance, la liberté de pensée et les réparties de l’héroïne me la font apprécier. Ensuite, elle fait des choix que je n’ai pas toujours compris, comme s’il n’y avait pas eu d’autres possibilités. Mais bon, les héros de roman n’agissent pas toujours comme on le souhaiterait !

Cela reste une lecture agréable même si la fin est un peu rapide, il y aurait eu tant à dire sur les 58 dernières années qui nous sont présentées comme un résumé dans l'épilogue…

Je classe ce livre en 208ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2019

Vers la beauté

Présentation de l’éditeur

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au musée d’Orsay. Personne ne comprend cette surprenante reconversion de la part d’un spécialiste de Modigliani. Qu’a-t-il vécu pour fuir ainsi ? Mathilde, la DRH du musée, est décidée à percer son secret.

J’ai bien aimé ce livre de David Foenkinos. Généralement, j’aime assez bien cet auteur (« la délicatesse » classé en 102ème position avec 3 étoiles, « nos séparations » classé en 184ème position et 2 étoiles, « le mystère Henri Pick » classé en 238ème position et une étoile, « les souvenirs » classé en 323ème position et une étoile, « le potentiel érotique de ma femme » classé en 416ème position sans étoile).

Pour ce livre, j’ai été un peu surprise de perdre le fil de la vie du professeur des beaux-arts pour suivre celui de l’une de ses étudiantes et on ne comprend pas tout de suite pourquoi. J’ai ressenti un peu de frustration à quitter si longuement ce premier personnage (pendant près de 70 pages). L’auteur nous oriente d’ailleurs sur une fausse piste mais on sent tout de même la fin arriver.

J’ai tout de même apprécié l’intrigue, la façon de commencer par la fin et d’avancer dans l’histoire à reculons.

Je classe ce livre en 109ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2019

Sur les chemins noirs

Présentation de l’éditeur :

'Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides. La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs. Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre.' Sylvain Tesson.

Que dire ? Je me suis ennuyée. Pourtant, j’aime la nature, j’aime visiter la France, j’aime les beaux paysages, j’aime marcher et découvrir mais je me suis ennuyée avec ce livre de Sylvain Tesson. Heureusement, il ne fait que 171 pages, car je ne sais pas si je serais allée jusqu’au bout s’il avait été plus long et pourtant vous savez que je termine toujours les livres que je commence.

Pourtant c’est souvent beau : « Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques un à préférer disparaître dans la géographie » (page 37).

Je ne suis pas étonnée qu’il ait aimé la lecture (page 103) de « La ferme africaine » de Karen Blixen, autre livre contemplatif que j’avais trouvé particulièrement ennuyeux et insupportable (et aussi beaucoup plus long…).

J’ai bien aimé son idée des cercles concentriques, (en résumé) page 148 et 149 :

-          1er cercle le centre-ville charmant avec une églises restaurée et une librairie devant un salon de thé,

-          Le 2ème cercle avec le quartier pavillonnaire,

-          Le 3ème cercle avec le centre commercial et un rond-point qui mène aux champs, au hangar et à la forêt.

Et la conclusion : « tout cela prouvait une chose : avec des efforts, même le Français réussit à ordonner le monde ».

P 150 : « Dans la même journée, je passai par-dessus la Sarthe (…), l’autoroute (…) et une voie à grande vitesse dont je comprenais l’utilité : il fallait rajouter une ligne au réseau pour se précipiter vers des lieux qu’on serait pressé à nouveau de quitter. »

Surtout, il y a beaucoup de mots compliqués. J’ai fini par renoncer à les chercher sur wikipédia, ne lui en déplaise (il n’apprécie pas beaucoup l’envahissement des outils numériques, les histoires de réseau, de connexion, …).

Bref, je classe ce livre en 502ème position (sur 534) et lui donne un moins.

Posté par dupdup1000 à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2019

Tout peut arriver ou presque

Présentation de l'éditeur :

A l'issue d'un entretien d'embauche, Élisa erre dans la rue du Faubourg-Poissonnière, connue pour ses nombreux magasins de robes de mariée. Face à la robe de ses rêves, elle décide qu'elle n'attendra pas que son compagnon lui fasse sa demande. C'est elle qui la fera ! Alors qu'elle passe la soirée à imaginer ses noces, son futur mari rentre à l'aube, couvert de traces de rouge à lèvres. Une dispute éclate et Élisa s'en va. C'est ainsi qu'elle s'embarque dans une aventure improvisée, dans laquelle tout peut arriver ou presque.

J’ai bien aimé ce roman de Sonia Dogator. J’ai déjà lu un livre de cette auteure, il s’agissait de « mère, épouse et working girl » qui est actuellement 267ème dans mon classement avec une étoile. Pour en revenir à « Tout peut arriver ou presque », je trouve qu’il y a plein de jolies trouvailles et de petites touches d’humour. On s’attache rapidement au personnage principal un peu exubérant et spontané. Il y a aussi malheureusement plein de choses invraisemblables (surtout sur la fin) et c’est un peu dommage, cela dessert l’ensemble du livre. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture.

Je classe ce livre en 139ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


10 octobre 2019

Maddie, si tu savais

Présentation de l’éditeur

"Une histoire terriblement énigmatique, une fin qui surprend vraiment. Impossible de le lâcher avant d'avoir fini... " Entre Matthieu et Maddie, c’est le coup de foudre immédiat. Ce que Maddie ignore, c’est que Matthieu connaît son avenir. Un avenir terrifiant, douloureux, pire que la mort.
La préoccupation principale de Matthieu, journaliste scientifique, sera dès lors de sauver Maddie. Mais le temps se dresse entre eux telle une barrière infranchissable. Une lettre pourrait tout changer. Mais parviendra-t-elle à temps à Matthieu ?

J’ai bien aimé ce roman d’Isabelle ROZENN-MARI. Je ne suis pas fan des romans de sciences-fictions mais celui-ci reste « raisonnable » et ne nous emmène pas dans un monde parallèle. Je l’ai lu en 5 jours et j’ai eu du mal à lâcher le livre sur la fin de l’histoire (je l’ai d’ailleurs terminé cette nuit entre minuit trente et trois heures du matin…). C’est un mélange de roman historique, de roman de sciences-fictions et de roman scientifique, mais le tout reste abordable et agréable à lire.

Je classe ce livre en 112ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2019

La tête du lapin bleu

Présentation de l’éditeur

Quand l’amour terrasse Ava et Léo sur les bancs du lycée, et qu’un an plus tard, à l’approche de la naissance de jumeaux, ils convolent en justes noces contre l’avis de tous, on comprend que le bonheur peut être soudain. Les histoires toutes simples ne sont pas les moins belles. On s’aime, on se marie, les rires des enfants viennent peupler notre petit monde. Le bonheur n’est pas aussi exigeant qu’on le dit. Puis, avec les années, on pense que rien ne peut troubler notre quiétude, notre douceur de vivre. Mais, c’est sans compter sur le destin. Lui peut se jouer de nous… brouiller les cartes, changer les règles. Vous pensez que rien ne peut vous arriver ? Et si vous vous trompiez ?

Ce livre de Wendall Utroi est très compliqué à commenter et à classer. Si je l'ai téléchargé, c'est que c'était un prix des lecteurs et généralement c'est plutôt bon signe. Il s'agit d'une descente aux enfers progressive. Quand on se dit que l’héroïne ne pourra pas tomber plus bas, on se trompe car il y a toujours une situation pire que la précédente qui survient. Pourquoi j’ai continué à lire ? Bonne question, c’est bien écrit, c’est bien raconté et j’ai eu envie de savoir ce qu’il advient d’Ava.

J’y est retrouvé la patte de l’auteur dont j’ai lu récemment un autre livre « Comme un phare dans la tempête ». De façon identique, j’ai été agacée par certaines choses (des longueurs dans le précédent et des situations de plus en plus dramatiques dans cette dernière lecture) mais j’ai eu envie d’aller jusqu’au bout (en même temps même quand je n’aime pas un livre, je le termine !). Mais là, on ne peut pas dire que je n’ai pas aimé mais cela reste un peu particulier.

Je classe ce livre, juste devant le précédent du même auteur, en 300ème position et lui donne une étoile.

J’aimerais bien pouvoir discuter de ce livre avec une autre personne l’ayant lu pour confronter ce sentiment final.

Posté par dupdup1000 à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 septembre 2019

La jeune fille sur la falaise

Présentation de l'éditeur :

En plein chaos sentimental, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande, dans la ferme familiale. C'est là, au bord d'une falaise, qu'elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille étrange qui va changer sa vie... En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, Grania va découvrir le lien qui unit leurs deux familles depuis des années. D'une histoire d'amour impossible à Londres en temps de guerre à une relation compliquée dans le New York d'aujourd'hui, de la dévotion pour un enfant trouvé aux souvenirs oubliés d'un frère perdu, les destins des Ryan et des Lisle s'entremêlent tragiquement depuis un siècle. Mais quel est ce secret à l'origine de près de cent ans de chagrins ?

J’ai bien aimé ce livre de Lucinda Riley. Comme les précédents que j’ai lu de cette auteure, elle nous entraîne dans le temps et dans une longue saga familiale. Il y a des rebondissements inattendus et des choses un peu plus prévisibles mais globalement c’est un moment de lecture agréable. J’ai écrit au fur et à mesure pour m'y retrouver l’arbre généalogique avant que l’héroïne elle-même nous ne le propose 😉 et il n'y avait qu'une personne, dont elle n'avait pas encore parlée, qui n'y figurait pas.

JP m’a dit ce matin que nous n’avons pas le même cerveau. Cela serait trop « prise de tête » pour lui car il y a trop de personnages et il n’a jamais été très bon dans la généalogie… Pour la petite histoire, il n’a toujours pas terminé le livre qu’il a commencé pendant les vacances et qu’il avait choisi lui-même…

Je classe ce livre en 111ème position (sur 530) et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2019

La face cachée des blogs lol

Présentation de l’éditeur

Clémentine et son époux Louis mènent une existence paisible dans leur petite exploitation agricole. Lucie, amie d’enfance du couple, a perdu son Charles trop tôt. Cette vie des gens de la terre leur apporte un bonheur simple, partagé entre voisins lors des veillées. Claudine, fille de Clémentine et Louis, vit et travaille à Paris : elle présente les prévisions météorologiques à la télévision. Claudine décide d’offrir un ordinateur à ses parents. Elle est alors loin de se douter que cette « machine » sera à l’origine de quelques mésaventures et même d’une disparition…

Franchement navrante cette histoire de Christine Chancel, je n’ose même pas mettre le mot de fiction ou de roman… On nous diabolise internet, on nous parle de blog alors que je pense qu’il s’agit de forum, on y utilise le mot de clavarder à la place de chatter (qui utilise clavarder ??), on y parle de célibafouées, harpies ou toupies (internautes malheureuses et névrosées, comme s’il n’y avait que cela sur le net), on vous dit que lorsque vous mettez un commentaire il est lu par le monde entier (c’est très exagéré, non ?). Ah oui, d’après l’auteure, on y trouve facilement apparemment les numéros de téléphone et les adresses de ceux qui discutent sur les blogs (il faudra m'expliquer comment, l'adresse ip peut-être mais pas l'adresse postale) ? On sait qui parle avec qui ?? (pour rappel, on peut savoir si une personne est connectée mais on ne voit pas avec qui !).  Par moment, c’est très confus, on ne sait même plus de quoi on nous parle…

Oui, bien sûr, internet à ses dérives, il faut faire attention avec qui l’on discute sur la toile mais là, cela ferait peur à n’importe quel débutant ! Enfin bref, du grand n’importe quoi pour moi et il n’y avait que des commentaires positifs sur amazon (4 ou 5 étoiles !!). Quant à l'« happy end », c’est un peu niais.

Je classe ce livre en 525ème position (sur 529 !) et lui mets 2 « moins » !

Posté par dupdup1000 à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2019

Comme un phare dans la tourmente

Présentation de l’éditeur

Au soir de sa vie, Martial, paysan bourru, se remémore le parcours jalonné d’embuches de ses quinze dernières années. Notre vie d’adulte se façonne dans les premières années de notre enfance. Lorsque l’on évoque notre passé, il nous revient le souvenir d’un parent, d’une mamie, que l’on porte dans son cœur, et qui nous a soutenu dans cette étape délicate. Voici l'histoire de Martial et celle de son petit-fils Antoine, qui, au travers des tourments d’une famille qui se consume et se déchire, vont apprendre à se connaître, et à s’aimer. Un récit intime, peuplé d’émotions, de joies et de chagrins, de peurs et d’amours qui parsèment nos mémoires d’enfants.

Bon, alors, j’ai trouvé ce livre de Wendall Utroi intéressant mais le héros, Martial, passe tout de même (et nous avec) beaucoup de temps à attendre. Attendre la venue de sa fille et de son petit-fils à la ferme, attendre un appel téléphonique pour donner des nouvelles, … Je trouve qu’il y a donc des longueurs un peu inutiles et parfois même un manque d’action. Le sujet reste délicat et bien abordé.

Je classe ce livre en 299ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,