16 juillet 2019

La Camarguaise

Présentation de l'éditeur :

En plein cœur de la Camargue, une jeune femme se démène pour sauver de la ruine la bastide familiale. Eminemment courtisée, elle devra également questionner son cœur pour faire le bon choix amoureux. À la mort de François Valence, sa petite-fille Jordane a repris en main la destinée du Biloba, la bastide familiale en plein cœur des somptueux paysages de Camargue. Mais comment la seule exploitation des champs d'iris, des moutons mérinos et des chevaux andalous pourrait-elle sauver de la ruine un si lourd héritage ? Déchirée à l'idée de perdre son domaine guetté par les huissiers, mais trop fière pour accepter l'aide de Lionel, son mari dont elle est séparée, la jeune femme décide de transformer le Biloba en hôtel de luxe : un choix douloureux, violemment critiqué par son entourage. Au sein des dynasties arlésiennes, on n'aime guère les touristes... Tandis que des intrigues se nouent autour du devenir du Biloba, la beauté et la fougue de Jordane font tourner les têtes et chavirer les cœurs : celui de Lionel, qui n'a pas perdu espoir de la reconquérir, mais aussi celui de deux hommes, deux frères que tout sépare, et qui vont se disputer son amour...

J’ai beaucoup aimé ce livre de Françoise Bourdin. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un de ses livres. J’avais lu « le secret de Clara » en 2013 (classé en 253ème position et une étoile) et « nom de jeune fille » en 2014 (classé en 352ème position et une étoile). Pour en revenir à « la camarguaise », j’ai adoré l’héroïne et son fort tempérament. J’ai aimé les descriptions de la région et des traditions camarguaises. Par contre, cela reste de la littérature sentimentale mais de temps en temps cela fait du bien !

Je classe ce livre en 9ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 juillet 2019

Envies de fraises

Présentation de l’éditeur

Une fois l'homme de sa vie ferré, épousé, une fois la lune de miel terminée, les vrais ennuis commencent avec l'arrivée du premier enfant...Chef dans un restaurant, Becky est très amoureuse de son mari, et ravie d'être enceinte. Tout irait bien si les médecins la lâchaient un peu avec ses problèmes de poids. Et si son infernale belle-mère la lâchait tout court. Kelly est overbookée, hyper-ordonnée et archi-ambitieuse. Elle s'investit dans sa grossesse comme dans tout, c'est-à-dire à fond. Seul point noir dans cette organisation parfaite : son mari, qui passe ses journées, vautré sur le canapé... Ça fait désordre. Ayinde est canon. Et intelligente. Et gentille, en plus. Et aussi mariée à un champion de basket dont elle attend un enfant. Bref, le genre de fille qu'on adorerait détester. Quand ces futures mamans font connaissance lors d'un cours de yoga prénatal, elles se disent qu'elles n'ont rien en commun. Mais la maternité leur promet bien des surprises...

J’ai adoré ce bouquin de Jennifer Weiner même si au début j’ai un peu douté car il est plus profond qu’il n’y paraît. La personnalité des futures mamans se dessinent et s’affinent au cours des pages et je me suis attachée à elles avec l’envie de ne pas les quitter, de ne pas finir ce livre. L’histoire, ou plutôt, les histoires sonnent juste, même si pour ma part, la maternité m’a parue globalement plus facile mais je me suis reconnue parfois dans des situations. C’est drôle, c’est émouvant, c’est presque réel même si c’est une fiction.

Je classe ce livre en 9ème position (c’est peut-être un peu surnoté mais j’ai quand même passé un super moment de lecture) et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 02:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2019

Yesterday

Synopsis : Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre. Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.

JP a trouvé ce film « frais », Antoine et moi avons trouvé certaines répliques rigolotes. Sinon, on a aimé réécouter les chansons des Beatles et l’idée de départ est bonne (imaginer un monde sans les Beatles, mais également sans Coca cola ou Harry Potter !) mais le reste du scénario reste un peu léger.

Je classe ce film en 59ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 juillet 2019

Un homme à tout faire

Présentation de l’éditeur

Patron abusif et concupiscent, emploi minable, otites à répétition de son petit garçon, qu'elle élève seule... Maggie Ivey a toutes sortes de raisons de sombrer dans la dépression lorsqu'elle débarque chez le célèbre Dr Golding, psychiatre en vogue, pour subir son fameux traitement, une " reprise en main en vingt et un jours ". La première séance se passe à merveille. Jason Golding est un homme affable, doué d'une capacité d'écoute remarquable, et Maggie se sent tout de suite mieux quand elle quitte le cabinet après avoir pris rendez-vous pour la semaine suivante. Le problème, c'est que le beau et séduisant jeune homme qui l'a si gentiment reçue n'est pas Jason Golding mais un certain Jake Cooper, entrepreneur venu remettre à neuf le cabinet du praticien, hospitalisé à la suite d'une crise cardiaque...

J’ai toujours un peu de mal avec les histoires qui débutent sur un mensonge dont celui-ci se poursuit jusqu’à la toute fin du roman. J’ai bien aimé les deux personnages principaux dont les personnalités sont bien décrites même si l'héroïne est tout de même fort naïve... J’ai moins aimé la fin attendue et un brin surréaliste (avec tous les protagonistes qui se retrouvent au même endroit en même temps comme par hasard).

Je classe ce livre de Linda Nichols en 230ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juin 2019

Ma première femme

Présentation de l’éditeur

Un homme revient sur son enfance - il est peut-être mon double, mon agent le plus secret, « J'ai peut-être essayé, avec l'exploration d'un souvenir défiguré par les années, mais aussi régénéré par le roman, de dessiner pour la première fois le visage de ma mère à qui je dois d'aimer autant la vie. Aime et fais ce que tu veux : tel était son credo sur la fin. Et jour après jour, je puise un certain réconfort dans la pensée d'être son fils et de l'avoir si bien connue. Si bien ? ... »

264 pages que j’ai eu hâte de terminer. Je n’ai probablement pas tout compris ( !). Des aller-retours dans le temps que je n’ai pas bien suivis non plus. Une façon de décrire, d’enrober et de complexifier n’importe quel propos ont fini par me lasser de cette folle famille : le père absent et piquant ou dans l'incompréhension totale quand il est là, la mère musicienne qui fait tout pour qu’on ignore sa maladie, ce qui arrange bien l’auteur, la sœur aveugle complètement barrée et le fils -l’auteur, donc- qui navigue à vue parmi tout ce petit monde.

Je classe ce livre en 498ème position et lui donne un « moins ».

Next !

Posté par dupdup1000 à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 juin 2019

Nevada

Synopsis : Incarcéré dans une prison du Nevada, Roman n’a plus de contact avec l’extérieur ni avec sa fille... Pour tenter de le sortir de son mutisme et de sa violence, on lui propose d’intégrer un programme de réhabilitation sociale grâce au dressage de chevaux sauvages. Aux côtés de ces mustangs aussi imprévisibles que lui, Roman va peu à peu réapprendre à se contrôler et surmonter son passé.

Ce film de Claire de Clermont-Tonnerre est assez difficile et se base sur une histoire vraie (le programme de réhabilitation existe réellement). L’univers carcéral est bien décrit et forcément c’est assez dur. On entrevoit toutefois une lueur d’espoir pour Roman qui a beaucoup appris auprès de son mustang et qui arrive petit à petit à se rapprocher de sa fille.

Belle performance de l’acteur principal, Matthias Schoenaerts.

Je classe ce film en 53ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le café des petits miracles

Présentation de l’éditeur

Éléonore Delacourt a vingt-cinq ans et aime la dolce vita. Elle ne court pas, elle se promène. Elle n'est pas impulsive, mais réfléchie. Elle ne déclare pas sa flamme, elle préfère en rêver. Timide et romantique, elle adore s'évader dans les livres et croit aux présages, petits messagers du destin. Elle n'a pas hérité de l'intrépidité de sa grand-mère, qui l'a pourtant élevé et lui a légué l'objet qu'elle chérit le plus : une bague en grenats avec une gravure en latin Omnia vincit amor. Elle n'est a priori pas le genre de fille qui, de but en blanc, vide son compte en banque et, par une froide matinée de janvier, saute dans un train à destination de Venise ! Mais parfois la vie est imprévisible et une phrase énigmatique retrouvée dans un vieux livre peut avoir des conséquences inattendues...

C’est le deuxième livre que je lis de Nicolas Barreau et je pense que ce sera le dernier (!). Le premier c’était « Le sourire des femmes » et je l’avais classé en 356ème position et une étoile, ce qui n’était déjà pas folichon mais là avec « le café des petits miracles », on va chuter encore dans le classement.

C’est un roman classé comme littérature mais c'est carrément de la lecture sentimentale à l’eau de rose, sans grand intérêt hormis le fil rouge de la vie de la grand-mère de l’héroïne (et encore !). Il y a des événements carrément improbables (la rencontre de 4 des personnages de l’histoire qui se retrouvent au même endroit au même moment, par exemple).

On sent un auteur qui aime les livres (c’était déjà le cas dans « le sourire des femmes ») mais cela ne suffit pas à alimenter l’histoire.

Je classe ce livre en 418ème position et ne lui donne pas d’étoile.

Next !

Posté par dupdup1000 à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juin 2019

Roxane

Synopsis : Toujours accompagné de sa fidèle poule Roxane, Raymond, petit producteur d’œufs bio en centre Bretagne a un secret bien gardé pour rendre ses poules heureuses : leur déclamer les tirades de Cyrano de Bergerac. Mais face à la pression et aux prix imbattables des grands concurrents industriels, sa petite exploitation est menacée. Il va avoir une idée aussi folle qu'incroyable pour tenter de sauver sa ferme, sa famille et son couple : faire le buzz sur Internet.

Bon, on a bien aimé. C’est drôle, parfois émouvant et divertissant mais ce n’est pas non plus le film de l’année. Guillaume de Tonquedec est particulièrement bon et j’ai adoré également la prestation de Kate Duchene (Wendy dans le film, l’anglaise, ancienne professeur de Littérature française, qui aide le héros à faire du théâtre dans ses vidéos).

Je classe ce film en 61ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juin 2019

Un jour, un arbre...

Présentation de l’éditeur

Du haut de mes trente-deux mètres,

je les regarde vivre sur la place du village.

Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours,

j’effeuille leurs amours et parfois j’envie leurs cris de joie.
 

En ce matin de printemps, un avis d’abattage est cloué

sur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence.

Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s’unissent

pour découvrir qui souhaite la mort du géant.

Ensemble, ils combattent cette sentence absurde,

tandis que l’arbre les observe et vibre avec humour et philosophie

au rythme de leurs émotions et de leurs conflits.

Qui l’emportera… le pouvoir ou la solidarité ?

Aux premiers jours de l’été, Clément, Suzanne, Fanny

et les autres ne seront plus les mêmes.

 

Bon, j’ai trouvé ce roman "gentillet". Dommage, car les personnages sont bien campés et bien décrits et on s’attache à leur personnalité. On sait ce qu’il advient de l’arbre mais on ignore ce qu’il advient des personnages, comme si l’on n’était témoin que d’une tranche de vie sans avoir la possibilité de connaître la suite, d’où un certain manque, à mon sens. 

J’avais déjà lu un livre de Karine Lambert « L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » et il est classé actuellement en 306ème position avec une étoile. 

Je classe ce livre « Un arbre, un jour » en 228ème position et lui donne une étoile.

Posté par dupdup1000 à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juin 2019

L'art de perdre

Présentation de l’éditeur

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ? Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

J’ai eu quelques difficultés au début du livre à me concentrer sur l’histoire, sur les personnages. Puis, à partir du départ de l’Algérie, je suis rentrée dans l’histoire de ces 3 générations de Harkis. Les situations des personnages sont bien étudiées, celle de celui qui décide de partir et d’emmener sa famille (Ali), la génération suivante qui s’adapte à la vie française et oublie peu à peu les souvenirs du pays d’origine et la langue (Hamid), et enfin celle de la génération qui naît en France et qui veut essayer de comprendre les pourquoi et les comment de l’histoire familiale (Naima). Cette génération se sent française mais pas tout à fait dans le regard des autres. Cette double culture et ce sentiment d’appartenance à l’une ou à l’autre en fonction des situations et des évènements sont très bien décrits par l’auteur Alice Zeniter.

Je classe ce livre en 83ème position et lui donne 3 étoiles. J’ai beaucoup appris sur la guerre d’Algérie avec ce livre (un peu comme le livre de Victoria Hislop que j’avais bien aimé aussi « Une dernière danse » m’avait permis d’en savoir davantage sur la guerre civile espagnole).

Posté par dupdup1000 à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,