Présentation de l'éditeur :

" L'aile des vierges ", c'est ainsi que l'on surnomme les chambres réservées aux domestiques à Sheperd House, illustre manoir du Kent où est engagée Maggie Fuller au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Petite-fille de suffragette, fille d'une sage-femme féministe, Maggie aurait pu prétendre à mieux que cette place de femme de chambre. Mais, en ces temps difficiles, la jeune femme cultivée et émancipée n'a d'autre choix que d'intégrer la petite armée d'intendants semblant vivre au siècle précédent. Elle aspire pourtant à un autre destin. Et elle n'est pas la seule au sein de Sheperd House... Contre toute attente, ce pourrait être le début de son long chemin vers l'amour et la liberté.

J’ai bien aimé ce livre de Laurence Peyrin. C’est le 3ème livre que je lis de cette auteure : « La drôle de vie de Zelda Zonk » classé en 243ème position avec 1 étoile et la suite de celui-ci « Hanna » classé en 83ème position avec 3 étoiles.

Pour « l’aile des vierges », j’ai surtout aimé la première partie du livre. L’indépendance, la liberté de pensée et les réparties de l’héroïne me la font apprécier. Ensuite, elle fait des choix que je n’ai pas toujours compris, comme s’il n’y avait pas eu d’autres possibilités. Mais bon, les héros de roman n’agissent pas toujours comme on le souhaiterait !

Cela reste une lecture agréable même si la fin est un peu rapide, il y aurait eu tant à dire sur les 58 dernières années qui nous sont présentées comme un résumé dans l'épilogue…

Je classe ce livre en 208ème position et lui donne 2 étoiles.