20 octobre 2019

J'irai où tu iras

Synopsis : Vali et Mina sont deux sœurs que tout oppose, éloignées par les épreuves de la vie. L’une est chanteuse, rêveuse et émotive. L’autre est thérapeute, distante et rationnelle. Leur père aimant finit par trouver l’occasion rêvée pour les rassembler le temps d’un week-end et tenter de les réconcilier : Vali a décroché une audition à Paris et c’est Mina qui va devoir l’y emmener malgré son mépris pour la passion de sa sœur. C’est une histoire de retrouvailles, une histoire d’amour entre deux sœurs, l’histoire d’une famille qui s’aime mais qui ne sait plus se le dire.

Et comme j’étais toute seule et que JP n’aime pas aller voir deux films de cinéma le même jour, j’y suis retournée 😉.

J’ai bien aimé cette histoire de famille qui a du mal à communiquer jusqu’à se mentir pour protéger l’autre, ou avoir l’impression de le protéger. Leïla Bekhti et Géraldine Nakache (qui est également la réalisatrice de ce film) se donnent la réplique et se mettent en valeur l’une l’autre. Patrick Timsit est également intéressant en papa maladroit et farceur.

Je classe ce film en 40ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 18:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Donne-moi des ailes

Synopsis : Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage...

Je suis allée au cinéma toute seule aujourd’hui car JP était à l’Open des Chtis (au club de judo d’Antoine) ces deux derniers jours pour y tenir la buvette.

J’ai trouvé ce film de Nicolas Vanier magnifique et enthousiasmant. Non seulement les images sont belles mais l’histoire (inspirée apparemment d’une histoire vraie) est captivante. Le jeune acteur, Louis Vazquez est formidable ! Jean-Paul Rouve et Mélanie Doutez ne sont pas mal non plus. Bref, j’ai adoré et je le recommande. J’avais déjà beaucoup aimé « l’école buissonnière » du même réalisateur. Les images de la nature y étaient également fabuleuses.

Je classe ce film en 5ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 18:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Sur les chemins noirs

Présentation de l’éditeur :

'Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides. La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs. Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre.' Sylvain Tesson.

Que dire ? Je me suis ennuyée. Pourtant, j’aime la nature, j’aime visiter la France, j’aime les beaux paysages, j’aime marcher et découvrir mais je me suis ennuyée avec ce livre de Sylvain Tesson. Heureusement, il ne fait que 171 pages, car je ne sais pas si je serais allée jusqu’au bout s’il avait été plus long et pourtant vous savez que je termine toujours les livres que je commence.

Pourtant c’est souvent beau : « Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques un à préférer disparaître dans la géographie » (page 37).

Je ne suis pas étonnée qu’il ait aimé la lecture (page 103) de « La ferme africaine » de Karen Blixen, autre livre contemplatif que j’avais trouvé particulièrement ennuyeux et insupportable (et aussi beaucoup plus long…).

J’ai bien aimé son idée des cercles concentriques, (en résumé) page 148 et 149 :

-          1er cercle le centre-ville charmant avec une églises restaurée et une librairie devant un salon de thé,

-          Le 2ème cercle avec le quartier pavillonnaire,

-          Le 3ème cercle avec le centre commercial et un rond-point qui mène aux champs, au hangar et à la forêt.

Et la conclusion : « tout cela prouvait une chose : avec des efforts, même le Français réussit à ordonner le monde ».

P 150 : « Dans la même journée, je passai par-dessus la Sarthe (…), l’autoroute (…) et une voie à grande vitesse dont je comprenais l’utilité : il fallait rajouter une ligne au réseau pour se précipiter vers des lieux qu’on serait pressé à nouveau de quitter. »

Surtout, il y a beaucoup de mots compliqués. J’ai fini par renoncer à les chercher sur wikipédia, ne lui en déplaise (il n’apprécie pas beaucoup l’envahissement des outils numériques, les histoires de réseau, de connexion, …).

Bref, je classe ce livre en 502ème position (sur 534) et lui donne un moins.

Posté par dupdup1000 à 15:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,