28 août 2019

Le jour où les lions mangeront de la salade verte

Quatrième de couverture

Maximilien Vogue, homme d’affaires puissant et charismatique, ne manque pas d’assurance. Il est même l’archétype du lion rugissant au caractère bien trempé, prompt à vouloir tout diriger et contrôler. C’est typiquement pour ce profil d’hommes et de femmes que Romane Gardener, piquante trentenaire, a créé son programme de relooking intégral de mentalité. Réveiller la sensibilité, l’écoute et la bienveillance chez ses clients, amener un peu de douceur et d’humanité dans ce monde de brutes, voilà ce qui l’anime ! Lui, si fier, elle, si passionnée… La rencontre entre Maximilien et Romane ne va pas être de tout repos. Une chose est sûre : elle va avoir du fil à retordre… pour son plus grand bonheur !

J’ai déjà lu un livre de cette auteure « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ». Je l’avais classé en 252ème position avec une étoile.

Concernant celui-ci « Le jour où les lions mangeront de la salade verte », je n’ai pas bien compris le rapport avec le titre (où est la salade ? la formation proposée ? douteux comme rapprochement). Ensuite, j’ai trouvé que c’était assez « simpliste ». Ne serait-ce que le mal à combattre, l’appeler la burnerie (du mot burnes ! bof, bof). Des conseils plutôt évidents sans réelle explication pour les mettre en œuvre. Les situations ne sont pas très crédibles. Je vois mal un chef d’entreprise accepter d’échanger les rôles, se mettre en « danger » dans différentes situations et prendre autant de temps pour modifier son management. Je trouve aussi que la « petite » entreprise de Romane a beaucoup de moyens, ce n’est pas forcément proche de la réalité, là non plus. Et puis, l’histoire entre Maximilien et Romane, deux héros très beaux, qui réussissent dans la vie et tout et tout, on la sent venir très vite. Trop évident là encore (et leur crises de jalousie successives à la fin, pfff, de trop !).

Donc pas très convaincue de l’ensemble.

Je classe ce livre en 410ème position et ne lui donne pas d’étoile.

Posté par dupdup1000 à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 août 2019

Changer l'eau des fleurs

Présentation de l’éditeur

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués passent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu'elle leur offre. Son quotidien est rythmé par les confidences des visiteurs et la joie des fossoyeurs. Un jour, parce qu'un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l'on croyait noires, se révèlent lumineuses. Changer l'eau des fleurs est un hymne au merveilleux des choses simples. Après le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin, virtuose dans l'art d'explorer les sentiments, nous livre un deuxième roman bouleversant où suspense, sensibilité et justesse éclatent à chaque page.

Quatrième de couverture

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se confier et se réchauffer dans sa loge. Avec la petite équipe de fossoyeurs et le jeune curé, elle forme une famille décalée. Mais quels événements ont mené Violette dans cet univers où le tragique et le cocasse s’entremêlent ? Après le succès des « oubliés du dimanche », un nouvel hymne au merveilleux des choses simples.

Alors, j’ai mis les deux résumés car je trouve que la quatrième de couverture résume mieux l’histoire (et encore pas tellement bien) de ce livre.

J’avais lu également le premier livre de Valérie Perrin « les oubliés du dimanche ». Je l’avais bien aimé aussi puisqu’il est classé en 108ème position avec 3 étoiles.

J’ai adoré cette nouvelle histoire ou plutôt ces histoires car il ne s’agit pas que de l’histoire de Violette mais de celle de tout un tas d’autres personnages. Il y a beaucoup, beaucoup de monde dans ce livre et il y a aussi beaucoup d’aller et retour entre le passé et le présent. Il faut s’accrocher et bien suivre ! Mais le tout est super bien ficelé, même si on se dit que Violette n’a quand même pas eu beaucoup de chance dans sa vie (sa jeunesse, son mari, sa belle-famille, sa fille, …). Les personnages sont particulièrement bien décrits et chacun avec leur personnalité, leurs forces, leurs failles, leurs expériences, leur philosophie, leur sagesse pour certains, … J’ai dû relire certains passages après avoir fini le livre pour bien m’assurer de certaines choses, de la chronologie de certains faits. Par contre, comme il n’y a que des allers et retours passé-présent, j’ai parfois eu du mal à retrouver les passages que je cherchais. Un sommaire même succinct aurait été intéressant avec tout au moins le nom de la personne qui s’exprime dans le chapitre pour pas trop dévoiler la suite...

Je classe ce livre en 4ème position (sur 523 que compte mon classement à ce jour) et lui donne 3 étoiles. J’avais envie de connaître la fin et en même temps envie de ne pas terminer ce livre pour poursuivre le bonheur de sa lecture. Je recommande !

Posté par dupdup1000 à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2019

Comme une ombre

Présentation de l’éditeur

Alexandra, la ravissante fille du milliardaire Richard Dickinson, se cherche en parcourant le monde. D'un tempérament plutôt indépendant, elle ne veut plus de sa jeunesse dorée ni des gardes du corps qui la suivent partout. D'ailleurs, elle s'acharne à les faire craquer les uns après les autres... Cependant, avec le nouvel ange gardien dont son père l'affuble, les choses s'annoncent différemment: en bon militaire, Tom Drake semble bien décidé à remplir sa difficile mission et à résister aux affronts de celle qu'il considère comme une petite fille gâtée. De Rio aux mystérieux palais sahariens, Tom la suivra comme une ombre. Coûte que coûte. Pourtant, à Marrakech, lorsqu'Alexandra lui joue un mauvais tour en faisant croire qu'elle a été enlevée, Tom est à deux doigts de jeter l'éponge. Mais il résiste encore. Et quand Alexandra est réellement kidnappée, il est le premier à risquer sa vie pour sauver celle de la jeune femme...

J’aime beaucoup les livres de Gilles LEGARDINIER mais là, j’ai été fort déçue. Qu’il se soit essayé à écrire cette fois une histoire à l’eau de rose n’est pas le problème. Le souci c’est que les deux personnages principaux ne sont pas vraiment décrits, extérieurement oui mais pas vraiment intérieurement. Ils manquent de fond à mon sens. D’autre part, les cent dernières pages (sur 272 que compte l’histoire) ne sont absolument pas crédibles, enfin, pour moi. Ce que je ne comprends pas c’est son désir de le faire rééditer presque 20 ans après, comme si c'était une perle qui était passée inaperçue... Payer 11,90 euros pour cette histoire décevante me fait un peu mal. Je n’y vois qu’un but commercial et profiter du nom qu’il s’est fait ensuite pour gagner de l’argent sur un livre qui ne le mérite pas vraiment. La préface où il explique qu’il l’a coécrit avec son épouse nous laisse espérer le meilleur d’où la déception encore plus grande.

C’est le 9ème livre que je lis de cet auteur, voici le classement des précédents :

-      « complètement cramé » classé en 18ème position avec 3 étoiles

-      « Le premier miracle » classé en 23ème position avec 3 étoiles

-      « Et soudain tout change » classé en 39ème position avec 3 étoiles

-      « Quelqu’un pour qui trembler » classé en 40ème position avec 3 étoiles

-      « Ca peut pas rater » classé en 62ème position avec 3 étoiles

-      « Demain j’arrête » classé en 64ème position avec 3 étoiles

-      « Une fois dans ma vie » classé en 325ème position avec 1 étoile

-      « Nous étions les hommes » classé en 409ème position avec 0 étoile

Pour ce dernier livre que je viens de terminer, je le classe en 311ème position et lui donne gentiment une étoile.

 

Posté par dupdup1000 à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2019

Vacances dans le Finistère

Cette année, nous sommes partis en vacances en Bretagne, dans le Finistère Sud, où nous avons trouvé une maison en location près de Quimper (avec un très très joli jardin) :

Jour 1 : 

DSC_0088

Jour 2 :

Nous sommes allés à Quimper :

DSC_0103

Où nous avons assisté au Festival de Cornouailles. Le matin, défilé en costumes, en musique et en danses. L'après-midi : concert de Bagads et de danses sur une scène Place de la Résistance :

IMG_2501

 Le bagad Quiperois :

DSC_0129

DSC_0211

Jour 3 :

Visite de Locronan :

DSC_0232

DSC_0241

DSC_0245

DSC_0257

DSC_0256

Petit tour à la plage Ty Anquer où il y avait beaucoup de vent :

DSC_0267

DSC_0282

et nous sommes allés visiter la Chapelle Sainte Anne de Palud :

DSC_0294

et au retour passage par la Baie de Douarnenez :

DSC_0304

Jour 4 :

Ballade de 10 km au départ de la Plage de Ty Anquer, qui suit un sentier côtier :

DSC_0320

 

Beaucoup de vent :

IMG_2531

L’anse de Kervijen :

IMG_2532

J’adore le contraste entre la couleur des bruyères et celle de la mer :

DSC_0349

La chapelle Saint-Sébastien :

DSC_0356

DSC_0364

Un renard qui sortait du champ de maïs et qui a détalé quand il a vu Jecko :

DSC_0366

Petit tour à Quimper :

DSC_0389

Jardin de la retraite (très sympa !) :

DSC_0398

DSC_0402

Jour 5 :

Chapelle Sainte-Marie du Menez-Hom :

DSC_0415

avec un très beau retable à l'intérieur :

DSC_0416

Le Menez-Hom, Sommet des Montagnes Noires, qui culmine à 330 m d'altitude :

IMG_2543

Vue du Menez-Hom :

DSC_0424

Nous avons rejoint ma soeur Anne-Marie et Patrice en vacances à Camaret sur leur campement puis nous avons fait une ballade sur la Pointe des Espagnols :  

IMG_2545

IMG_2549

Les ruines du manoir du Boultous (qui appartenait au poète Saint-Pol-Roux) :

DSC_0442

DSC_0449

DSC_0454

DSC_0458

Nos époux au loin : 

DSC_0461

Vue sur le port de Camaret :

DSC_0477

Après le dïner, de nouveau une petite ballade et un beau coucher de soleil : 

DSC_0503

Jour 6 :

Ballade de 54 km en vélo. De la maison de location jusqu'à Chateaulin :

DSC_0509

Puis on a longé le canal qui va de Brest à Nantes le long de l'Aulne jusqu'à Pont Colbant :

DSC_0511

DSC_0522

Des écluses identiques tous les 3 à 4 kilomètres :

DSC_0523

Jour 7

Marie et Patrice nous ont rejoints à la maison de location et nous avons refait la ballade le long du sentier côtier, cette fois-ci sous le soleil et avec moins de vent :

DSC_0530

IMG_2572

DSC_0538

DSC_0539

Près de la Chapelle Saint-Sébastien (voir photo plus haut), il y a cette petite fontaine et un lavoir. Marie a bouché un trou pour que l'eau s'écoule à nouveau dans le lavoir et Patrice a tenté de remplacer en partie la trappe dans le lavoir par des pierres et de la terre pour que l'eau reste dans le lavoir. Nous sommes partis avant de voir le résultat...

DSC_0547

 

L’anse de Kervijen : 

DSC_0555

Jour 8 :

Bien qu'en vacances, JP a fait un footing tous les jours (moi seulement les jours où je savais que l'on ne ferait pas une longue promenade dans la journée) :

IMG_2582

La Pointe du Raz :

IMG_2587

DSC_0578

DSC_0584

DSC_0591

La Baie des Trépassés :

DSC_0595

Jour 9 :

Ballade de 10 km sur les hauteurs de Locronan :

DSC_0603

DSC_0606

Chapelle Ar Sonj (chapelle du souvenir), haut lieu de la tromenie (procession) :

DSC_0614

DSC_0615

DSC_0618

Chapelle de Saint-Théleau :

DSC_0621

Retour sur Locronan :

DSC_0631

Le port de Tréboul (près de Douarnenez) :

DSC_0633

Même en vacances, nous avons continué à faire attention à notre alimentation. Ce soir là, salade de saumon aux agrumes (très bonne) :

IMG_2611

Jour 10 :

Chapelle de Saint-Herbot :

DSC_0660

Ballade à Huelgoat et ses rochers (visite que l'on avait déjà faite avec Anne-Marie et Patrice, il y a fort fort longtemps, en 2005) :

DSC_0674

Le lac de Hoelgoat :

DSC_0666

Le moulin :

DSC_0673

La roche qui tremble (elle bouge vraiment !) :

DSC_0692

DSC_0694

Le Roc Trevezel (altitude 384 m dans les monts d'Arrée) :

IMG_2616

IMG_2618

DSC_0718

Jour 11 :

Crozon

DSC_0731

Ballade avec Anne-Marie, Patrice, Amélie, Arnaud et Cléo entre Saint-Hernot et Rostudel en direction du Cap de la Chèvre :

DSC_0747

DSC_0757

 Pause casse-croûte :

DSC_0760

J’adore la couleur de l’eau (!) :

DSC_0767

DSC_0785

Nos époux au loin (je ne l’ai pas déjà dit ça ?):

DSC_0772

DSC_0774

DSC_0777

DSC_0779

Cléo :

DSC_0783

DSC_0786

DSC_0787

Anne-Marie et Cléo :

DSC_0800

Jour 12 :

Sentier des Lavoirs à Plozévet (petite ballade de 5 km) :

DSC_0805

Le plus joli, le plus fleuri (sans l’application Visorando, nous ne serions jamais allé jusque celui là car cela ressemblait à un chemin privé) :

DSC_0812

Un autre lavoir derrière JP : 

DSC_0821

De la luzerne sur fond de mer :

DSC_0827

Pause déjeuner aux premières loges : 

DSC_0830

Chapelle de Plovan :

DSC_0834

Chapelle en ruine de Languidou (on a adoré, pourtant pas d'étoile dans le guide vert, on n'est pas toujours d'accord avec lui sur le nombre d’etoiles des sites !) :

DSC_0839

Chapelle Notre Dame de Tronoën et son Calvaire :

DSC_0844

Notre Dame de la Joie face à la mer :

DSC_0845

Chapelle Saint Fiacre :

DSC_0859

Jour 13 :

Jour de pluie. Courses le matin à Quimper et l'après-midi lecture et mots croisés à la maison de location.

Jour 14 :

On décide de partir un jour plus tôt. Ménage toute la matinée. Départ à 14 h pour Challans où nous avons dormi dans un mobilhome au sein d’un camping.

Jour 15 :

Chez Guillaume et Séverine afin de fêter les 7 ans de Marrien :

IMG_2658

Jour 16 :

Passage chez Nico et Aurélie.

Gabin est content de voir son grand-père :

IMG_2670

Et nous découvrons le dernier né, Martin, à peine un mois :

IMG_2681

Voilà, de superbes vacances comme on les aime.

Beaucoup de jolies ballades, la Bretagne est une région magnifique.

Posté par dupdup1000 à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 août 2019

La cerise sur le gâteau

Présentation de l’éditeur

La vie est mal faite : à 35 ans, on n'a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire… Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose. Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari ! Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage ! Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien… Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ? Un cocktail explosif pour une comédie irrésistible et inspirante.

C’est un livre que JP a choisi. Il m’a dit qu’il voulait lire pendant les vacances... Et je lui ai conseillé de choisir lui-même un livre à la FNAC plutôt que de prendre un des miens.

Personnellement, je trouve ce roman d’Aurélie Valogne gentillet. C’est le quatrième livre que je lis de cette auteure actuellement très prisée (!?) : « Nos adorables belles-filles » classé en 273ème position avec 1 étoile, « Mémé dans les orties » classé en 279ème position avec 1 étoile, « minute papillon » classé en 200ème position avec 2 étoiles.

Il y a des bonnes choses et parfois des choses drôles mais parfois aussi de l’humour un peu forcé, ce que je veux dire c’est qu’on sent que l’auteure a voulu être drôle mais que ce n’est pas toujours réussi. L’histoire est un peu longue et répétitive (surtout l’aspect sur le développement durable, intéressant mais un peu trop développé (c'est le cas de le dire) à mon goût, un peu trop extrême). Cela reste un moment de lecture sympathique, car j’ai reconnu mon mari dans certains traits du héros Bernard...

Je classe ce livre en 271ème position et lui donne 1 étoile.

Posté par dupdup1000 à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,