Il y a deux ans à peu près à la même époque, c'était un peu (beaucoup) le stress...

On ne savait pas encore si Antoine avait obtenu son bac et en même temps on cherchait déjà un appartement pour lui à Strasbourg car il était admis en Pôle France de Judo.

Il n'était pas admis en 1ère année de STAPS car c'était sur tirage au sort et il a fallu faire une demande de dérogation auprès du Recteur de l'Académie de Strasbourg. On a eu la réponse positive que fin août, une dizaine de jours avant la rentrée !

L'année dernière, toujours à la même période, on avait eu la confirmation qu'il était conservé au Pôle France de Judo de Strasbourg.

Il avait déjà l'appartement à Strasbourg (toujours en colocation avec son ami Lucas).

Antoine changeait d'orientation car la filière STAPS ne lui a pas convenu du tout.

Il avait passé et réussi le concours (ils étaient 500 pour 54 + 31 places) pour entrer dans une école qui s'appelle ESTES (Ecole Supérieure du Travail Educatif et Social) et qui forme au métier d'Educateur Spécialisé en 3 ans (ou au diplôme d'Assistant(e) Social(e)).

Le premier semestre de cours s'est super bien passé (pas une note en dessous de 14 !). La difficulté est venue au moment du stage au deuxième semestre. Il ne s'est pas intégré dans cette association venant en aide aux personnes en difficulté ou sans abri en leur permettant de retrouver un toit. Antoine ne s'est pas identifié aux éducateurs et s'est dit être incapable de voir des gens en souffrance tous les jours de son futur métier.

Retour à la case départ.

Première décision importante venant de lui : réduire le sport. L'année prochaine, il sera, à sa demande, en section universitaire de judo et non plus au Pôle France pour limiter le nombre d'entraînements et de contraintes liés à son sport.

Ensuite, dans parcours sup (exit apb que l'on a utilisé deux ans), il avait mis 5 voeux : Licence de droit, Licence d'Administration économique et sociale, BTS métiers de l'immobilier, Licence de Sciences de l'éducation, DUT techniques de commercialisation.

Le 22 juin, son voeu DUT était refusé et il était en attente sur les 4 autres voeux : 178ème/2443 en liste d'attente en Droit (780 places), 134/2593 en AES (406 places), 92/201 en BTS (32 places), 375/1004 en Sciences de l'Education (100 places).

Chaque jour, il a avancé dans les listes (à la différence d'apb où il n'y avait pas d'actualisation). Le 25 mai, il est accepté en droit mais il ne confirme pas. Le 26 mai, il est accepté en AES où il renonce.

Aujourd'hui, il est toujours 41/128 en BTS immo où il vient de renoncer et 138/588 en Sciences de l'Education.

Il vient d'accepter la proposition d'inscription en Droit. Il est toujours en attence sur Sciences de l'éducation (il avait jusqu'à demain soir pour accepter sous peine de perdre tous les voeux).

Donc on est reparti pour une 3ème première année, en droit, cette fois-ci (après STAPS et ESTES).

Aura-t-il la motivation et l'envie de travailler sur la durée ? C'est une filière difficile ! Il sait que c'est sa dernière chance (c'était aussi sa première volonté après le bac, mais il a été incité à faire STAPS par le Pôle France, plus compatible avec ses entraînements). En parallèle, il s'est inscrit aux concours de Police et de Gendarmerie.

A suivre...