Le petit monde de So et de Fi

09 novembre 2019

Dans le murmure des feuilles qui dansent

Présentation de l’éditeur :

Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l'écriture. Thomas raconte des histoires merveilleuses d'arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d'hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre. Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais estce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ? Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d'elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.

J’ai beaucoup aimé ce livre comme j’aime souvent les histoires épistolaires. Je trouve que lorsque l’on écrit, on fait plus attention aux mots que l’on emploie et au sens qu’on leur donne. J’aime bien le titre également. Ce livre est une jolie réflexion aussi sur les choses importantes de la vie, sur la nature qui nous entoure et sur les relations que l’on entretient avec les autres. On s’attache à l’héroïne mais également aux autres personnages, et même à la greffière, c’est pour dire ! C’est un livre qui donne envie d’écrire !

C’est le cinquième livre que je lis de cette auteure : « Pars avec lui » classé en 12ème position avec 3 étoiles, « Marie d’en-haut » classé en 34ème position avec 3 étoiles, « On regrettera plus tard » classé en 189ème position avec 2 étoiles, « Juste avant le bonheur » classé en 320ème position avec une étoile. Ce qui est amusant c'est qu'il y avait un bandeau promotionnel sur le livre dans le magasin "de l'auteur de "juste avant le bonheur" " et que c'est celui que j'ai le moins aimé.

Je classe ce livre en 103ème position (sur 537 que compte mon classement à ce jour) et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 novembre 2019

Florence, ville magnifique !

JP, un peu en avance, m'a souhaité mon anniversaire, mes 50 ans par un voyage à Florence.

Le premier jour, nous avons débuté par le Duomo (ensemble de la cathédrale Santa Maria del Fiore, du Baptistère et du Campanile).

IMG_3175

Nous avons monté les 414 marches du Campanile, duquel nous avons une jolie vue sur Florence :

IMG_3138

Nous avons ensuite visité le Baptistère :

DSC_0029

où des mosaïques du 13ème siècle ornent le plafond :

DSC_0033

L'après-midi, nous sommes allés voir l'église et le cloître de Santa Maria Novella :

DSC_0057

Il y a, à l'intérieur, des fresques magnifiques :

IMG_3182

et la coupole est impressionnante également :

IMG_3202

sur le retour à l'hôtel, nous avons emprunté le pont Santa Trinita pour avoir une jolie vue sur le Ponte Vecchio :

IMG_3204

Le deuxième jour, nous sommes allés Plazzia della Signora dominée par la tour Augusta de la Loggia della Signora :

IMG_3256

Nous sommes allés visiter ensuite la Galerie des offices où il y a autant à voir de par les oeuvres présentées que par le lieu en lui même :

IMG_3215

"Le printemps" de Botticelli :

DSC_0122

Du musée, on a également une vue en hauteur du Ponte Vecchio et du Corridor Vasaro (sur la droite de la photo) :

DSC_0130

Des plafonds à l'intérieur de la galerie :

DSC_0137

Le "Tondo doni" représentant la Sainte Famille de Michel-Ange :

IMG_3242

Des fresques dans une cour intérieure :

DSC_0147

Le midi, comme indiqué dans notre petit guide touristique, nous sommes allés manger des paninis chez All'Antico Vinalo :

IMG_3250

Nous sommes retournés au Duomo car nous avions réservé la visite de la coupole la veille :

DSC_0171

L'après-midi, visite de Santa Croce :

IMG_3271

et du Palais Vecchio avec le "Salone dei Cinquecento" qu'on a eu la chance de voir pendant les répétitions d'un pianiste avant son concert du soir. L'instant était magique !

DSC_0200

Un des plafonds dans le palais :

DSC_0202

Le pont Santa Maria illuminé le soir :

IMG_3298

Le troisième jour, nous avons visité la Chapelle Médicis, toute en marbre foncé de différentes couleurs :

IMG_3304

La coupole était magnifique également et apportait un peu de luminosité :

IMG_3303

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le Palais Medici Riccardi, avec pour débuter la chapelle des mages avec de très jolies fresques :

IMG_3311

La salle Luca Giordano :

IMG_3316

avec ses miroirs peints :

IMG_3318

La Basilique San Lorenzo (pas très jolie de l'extérieur) nous révélait un intérieur très lumineux et de larges espaces :

IMG_3328

et une coupole peinte de fresques fleuries :

DSC_0249

Nous sommes allés ensuite à la Galleria dell'académia qui comporte principalement et surtout le David de Michel-Ange de 5 mètres de haut :

IMG_3335

L'après-midi, visite du Pallazo Pitti et de la Galleria Palatina. Ici, la salle blanche :

DSC_0267

et le Jardin di Boboli que nous ne visiterons pas pour cause de pluie :

DSC_0269

Une des salles du Palais :

DSC_0272

et l'oeuvre de "la vierge à la chaise" de Raphaël :

IMG_3350

Le quatrième et dernier jour, nous sommes partis en train jusqu'à Pise :

Les maisons colorées au bord de l'Arno :

DSC_0289

Le phare d'Alexandrie, ah non pardon, la tour de Pise :

DSC_0297

La cathédrale :

DSC_0298

Le cloître, juste à côté de la Cathédrale :

DSC_0299

La vue que l'on a tout en haut de la tour :

DSC_0335

JP aupres des cloches :

DSC_0340

Vue sur la Cathédrale et le Baptistère :

DSC_0345

Dernier repas dans une pizzeria :

IMG_3355

 et pour finir un tiramisu (!!) :

IMG_3358

Merci à mon chéri pour ce cadeau d'anniversaire vraiment magique !!

J'ai adoré, et je pense avoir préféré Florence à Rome.

Posté par dupdup1000 à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 novembre 2019

L'aile des vierges

Présentation de l'éditeur :

" L'aile des vierges ", c'est ainsi que l'on surnomme les chambres réservées aux domestiques à Sheperd House, illustre manoir du Kent où est engagée Maggie Fuller au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Petite-fille de suffragette, fille d'une sage-femme féministe, Maggie aurait pu prétendre à mieux que cette place de femme de chambre. Mais, en ces temps difficiles, la jeune femme cultivée et émancipée n'a d'autre choix que d'intégrer la petite armée d'intendants semblant vivre au siècle précédent. Elle aspire pourtant à un autre destin. Et elle n'est pas la seule au sein de Sheperd House... Contre toute attente, ce pourrait être le début de son long chemin vers l'amour et la liberté.

J’ai bien aimé ce livre de Laurence Peyrin. C’est le 3ème livre que je lis de cette auteure : « La drôle de vie de Zelda Zonk » classé en 243ème position avec 1 étoile et la suite de celui-ci « Hanna » classé en 83ème position avec 3 étoiles.

Pour « l’aile des vierges », j’ai surtout aimé la première partie du livre. L’indépendance, la liberté de pensée et les réparties de l’héroïne me la font apprécier. Ensuite, elle fait des choix que je n’ai pas toujours compris, comme s’il n’y avait pas eu d’autres possibilités. Mais bon, les héros de roman n’agissent pas toujours comme on le souhaiterait !

Cela reste une lecture agréable même si la fin est un peu rapide, il y aurait eu tant à dire sur les 58 dernières années qui nous sont présentées comme un résumé dans l'épilogue…

Je classe ce livre en 208ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2019

Vers la beauté

Présentation de l’éditeur

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au musée d’Orsay. Personne ne comprend cette surprenante reconversion de la part d’un spécialiste de Modigliani. Qu’a-t-il vécu pour fuir ainsi ? Mathilde, la DRH du musée, est décidée à percer son secret.

J’ai bien aimé ce livre de David Foenkinos. Généralement, j’aime assez bien cet auteur (« la délicatesse » classé en 102ème position avec 3 étoiles, « nos séparations » classé en 184ème position et 2 étoiles, « le mystère Henri Pick » classé en 238ème position et une étoile, « les souvenirs » classé en 323ème position et une étoile, « le potentiel érotique de ma femme » classé en 416ème position sans étoile).

Pour ce livre, j’ai été un peu surprise de perdre le fil de la vie du professeur des beaux-arts pour suivre celui de l’une de ses étudiantes et on ne comprend pas tout de suite pourquoi. J’ai ressenti un peu de frustration à quitter si longuement ce premier personnage (pendant près de 70 pages). L’auteur nous oriente d’ailleurs sur une fausse piste mais on sent tout de même la fin arriver.

J’ai tout de même apprécié l’intrigue, la façon de commencer par la fin et d’avancer dans l’histoire à reculons.

Je classe ce livre en 109ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2019

J'irai où tu iras

Synopsis : Vali et Mina sont deux sœurs que tout oppose, éloignées par les épreuves de la vie. L’une est chanteuse, rêveuse et émotive. L’autre est thérapeute, distante et rationnelle. Leur père aimant finit par trouver l’occasion rêvée pour les rassembler le temps d’un week-end et tenter de les réconcilier : Vali a décroché une audition à Paris et c’est Mina qui va devoir l’y emmener malgré son mépris pour la passion de sa sœur. C’est une histoire de retrouvailles, une histoire d’amour entre deux sœurs, l’histoire d’une famille qui s’aime mais qui ne sait plus se le dire.

Et comme j’étais toute seule et que JP n’aime pas aller voir deux films de cinéma le même jour, j’y suis retournée 😉.

J’ai bien aimé cette histoire de famille qui a du mal à communiquer jusqu’à se mentir pour protéger l’autre, ou avoir l’impression de le protéger. Leïla Bekhti et Géraldine Nakache (qui est également la réalisatrice de ce film) se donnent la réplique et se mettent en valeur l’une l’autre. Patrick Timsit est également intéressant en papa maladroit et farceur.

Je classe ce film en 40ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Donne-moi des ailes

Synopsis : Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage...

Je suis allée au cinéma toute seule aujourd’hui car JP était à l’Open des Chtis (au club de judo d’Antoine) ces deux derniers jours pour y tenir la buvette.

J’ai trouvé ce film de Nicolas Vanier magnifique et enthousiasmant. Non seulement les images sont belles mais l’histoire (inspirée apparemment d’une histoire vraie) est captivante. Le jeune acteur, Louis Vazquez est formidable ! Jean-Paul Rouve et Mélanie Doutez ne sont pas mal non plus. Bref, j’ai adoré et je le recommande. J’avais déjà beaucoup aimé « l’école buissonnière » du même réalisateur. Les images de la nature y étaient également fabuleuses.

Je classe ce film en 5ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Sur les chemins noirs

Présentation de l’éditeur :

'Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides. La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs. Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre.' Sylvain Tesson.

Que dire ? Je me suis ennuyée. Pourtant, j’aime la nature, j’aime visiter la France, j’aime les beaux paysages, j’aime marcher et découvrir mais je me suis ennuyée avec ce livre de Sylvain Tesson. Heureusement, il ne fait que 171 pages, car je ne sais pas si je serais allée jusqu’au bout s’il avait été plus long et pourtant vous savez que je termine toujours les livres que je commence.

Pourtant c’est souvent beau : « Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques un à préférer disparaître dans la géographie » (page 37).

Je ne suis pas étonnée qu’il ait aimé la lecture (page 103) de « La ferme africaine » de Karen Blixen, autre livre contemplatif que j’avais trouvé particulièrement ennuyeux et insupportable (et aussi beaucoup plus long…).

J’ai bien aimé son idée des cercles concentriques, (en résumé) page 148 et 149 :

-          1er cercle le centre-ville charmant avec une églises restaurée et une librairie devant un salon de thé,

-          Le 2ème cercle avec le quartier pavillonnaire,

-          Le 3ème cercle avec le centre commercial et un rond-point qui mène aux champs, au hangar et à la forêt.

Et la conclusion : « tout cela prouvait une chose : avec des efforts, même le Français réussit à ordonner le monde ».

P 150 : « Dans la même journée, je passai par-dessus la Sarthe (…), l’autoroute (…) et une voie à grande vitesse dont je comprenais l’utilité : il fallait rajouter une ligne au réseau pour se précipiter vers des lieux qu’on serait pressé à nouveau de quitter. »

Surtout, il y a beaucoup de mots compliqués. J’ai fini par renoncer à les chercher sur wikipédia, ne lui en déplaise (il n’apprécie pas beaucoup l’envahissement des outils numériques, les histoires de réseau, de connexion, …).

Bref, je classe ce livre en 502ème position (sur 534) et lui donne un moins.

Posté par dupdup1000 à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2019

Au nom de la terre

Synopsis : Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l'exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

C’est une bonne représentation du monde paysan puisque le réalisateur Edouard Bergeon raconte l’histoire de son père. On y retrouve les difficultés que rencontrent les agriculteurs entre les prix de vente de leurs bêtes et de leurs céréales qui diminuent d’année en année, les mises aux normes sanitaires toujours plus drastiques, les contraintes des coopératives agricoles dans la manière de produire, les investissements pas toujours rentables et un cercle vicieux, malgré un travail intensif, qui mène à la ruine et à l'épuisement. Guillaume Canet et Anthony Bajon sont particulièrement bons dans ce film, Rufus également dans le rôle du grand-père, paysan, dur, qui ne comprend pas les évolutions du monde paysan et peu à l'écoute des difficultés de son fils.

JP a moyennement aimé. Pour ma part, connaissant la fin, j’ai tendu le dos pendant toute la durée du film m’attendant à la catastrophe à chaque instant, mais j’ai globalement bien aimé.

Je classe ce film en 42ème position et lui donne 2 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2019

Tout peut arriver ou presque

Présentation de l'éditeur :

A l'issue d'un entretien d'embauche, Élisa erre dans la rue du Faubourg-Poissonnière, connue pour ses nombreux magasins de robes de mariée. Face à la robe de ses rêves, elle décide qu'elle n'attendra pas que son compagnon lui fasse sa demande. C'est elle qui la fera ! Alors qu'elle passe la soirée à imaginer ses noces, son futur mari rentre à l'aube, couvert de traces de rouge à lèvres. Une dispute éclate et Élisa s'en va. C'est ainsi qu'elle s'embarque dans une aventure improvisée, dans laquelle tout peut arriver ou presque.

J’ai bien aimé ce roman de Sonia Dogator. J’ai déjà lu un livre de cette auteure, il s’agissait de « mère, épouse et working girl » qui est actuellement 267ème dans mon classement avec une étoile. Pour en revenir à « Tout peut arriver ou presque », je trouve qu’il y a plein de jolies trouvailles et de petites touches d’humour. On s’attache rapidement au personnage principal un peu exubérant et spontané. Il y a aussi malheureusement plein de choses invraisemblables (surtout sur la fin) et c’est un peu dommage, cela dessert l’ensemble du livre. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture.

Je classe ce livre en 139ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Alice et le Maire

Synopsis : Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

JP et moi avons bien aimé ce film de Nicolas Pariser. Il faut dire qu’on apprécie beaucoup Fabrice Luchini. L’actrice Anaïs Demoustier est superbe et je la découvrais dans ce film alors qu’à 32 ans, elle a déjà 48 films à son actif et 18 ans de carrière ( !). Le film m’a fait penser à « le brio » d’Yvan Attal car il y a une sorte de joute d’idées plutôt qu’une joute verbale…

Je le classe en 15ème position et lui donne 3 étoiles.

Posté par dupdup1000 à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,